Pierre Fallaize

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les années 1960, parut un ouvrage dont le retentissement fut considérable. Traduit dans une dizaine de langues, il fera le tour du monde et je crois me souvenir qu’un film en fut tiré.
Son titre, « Inuk » signifiait en langue esquimaude, « Les Vrais Hommes »…
Écrit par Roger Buliard, missionnaire de la Congrégation des Oblats dont l’une des principales « spécialités » était l’évangélisation des populations du Grand Nord Canadien, il relate avec humour et talent la vie quotidienne des Inuits aux mœurs quasi préhistoriques, au début du XXe siècle.

Depuis cette époque relativement récente, les Esquimaux se sont occidentalisés, sédentarisés pour la plupart, utilisent des scooters de neige,voyagent en avion, vivent dans des villages équipés de l’électricité, de l’eau courante ; la télévision et la radio, voire même Internet sont aussi présents dans leur vie quotidienne.
En revanche, il fait toujours moins 30 à moins 50 degrés en hiver et les ours blancs désormais viennent la nuit en maraude, comme des clochards, pour fouiller les poubelles…
Roger Buliard qui passa 15 ans dans l’Arctique canadien fut sollicité par l’Évêché de Bayeux et Lisieux, pour écrire la biographie de son père spirituel qui, à ses débuts dans le Grand Nord, l’avait initié aux ahurissantes difficultés de la vie des Blancs - « Les Grands Sourcils » ou « Krablunak » en esquimau - au milieu d’une population misérable, survivant depuis des millénaires sur la toundra, sur l’immensité blanche, chaotique et glacée du « dos de la Terre ».[ suite ]

 

Accueil | le mot de l'auteur | Extraits | Diaporamas | Contact | Sites partenaires |Tome V